Chercher
Français
  • English
  • 正體中文
  • 简体中文
  • Deutsch
  • Español
  • Français
  • Magyar
  • 日本語
  • 한국어
  • Монгол хэл
  • Âu Lạc
  • български
  • Bahasa Melayu
  • فارسی
  • Português
  • Română
  • Bahasa Indonesia
  • ไทย
  • العربية
  • Čeština
  • ਪੰਜਾਬੀ
  • Русский
  • తెలుగు లిపి
  • हिन्दी
  • Polski
  • Italiano
  • Wikang Tagalog
  • Українська Мова
  • Autres
  • English
  • 正體中文
  • 简体中文
  • Deutsch
  • Español
  • Français
  • Magyar
  • 日本語
  • 한국어
  • Монгол хэл
  • Âu Lạc
  • български
  • Bahasa Melayu
  • فارسی
  • Português
  • Română
  • Bahasa Indonesia
  • ไทย
  • العربية
  • Čeština
  • ਪੰਜਾਬੀ
  • Русский
  • తెలుగు లిపి
  • हिन्दी
  • Polski
  • Italiano
  • Wikang Tagalog
  • Українська Мова
  • Autres
Titre
Transcription
À suivre
 

Mangez en fonction de votre karma, partie 3/6

2024-06-15
Lecture Language:English
Détails
Télécharger Docx
Lire la suite

Et même dans le passé, beaucoup de prêtres vivaient dans le désert. Ils n’avaient rien à manger. Ils mangeaient du pain sec qu’ils trempaient dans l’eau, et c’est tout ce qu’ils mangeaient. Et peut-être des dattes, qui étaient faciles à conserver et se gardaient longtemps. […] Et ces prêtres et ces moines ou nonnes voulaient simplement être seuls, pour prier Dieu, pour ressentir l’Amour et la Bénédiction de Dieu, que Dieu les bénisse. Ils voulaient simplement être seuls avec Dieu. Qu’ils soient déjà très hautement éclairés ou non, le noble idéal, le noble but est d’atteindre Dieu, de connaître Dieu, d’aimer Dieu davantage, et d’être éclairé à cet égard. […]

Si vous voulez vraiment ne manger qu’une fois par jour, ou manger simplement – les légumes qui ne souffrent pas – je vous en ai cité quelques-uns, pas tous... Je n’ai pas le temps de penser à trop de choses. Le travail de Supreme Master TV, physiquement, me prend beaucoup de mon temps. Beaucoup, beaucoup, plein d’heures, et je fais aussi d’autres choses. Même la photographie prend beaucoup beaucoup d’heures juste pour que vous puissiez en profiter quelques secondes, quelques minutes. Mon équipe travaille très dur, et, bien sûr, je travaille avec eux. Mais je pense que la liste (d’aliments sans douleur) que j’ai dressée pour moi-même est déjà suffisante pour me permettre de vivre. Ça a marché. Ça marche jusque-là.

Et si vous ne voulez pas de tout cela, vous pouvez même manger juste du riz complet, du sésame et quelques fruits - des melons, ces fruits sans douleur. Dans ce cas, tout ira bien et vous vous sentirez satisfait. Vous aurez le cœur léger, le pied léger aussi ; vous serez heureux. Mais bien sûr, si vous êtes dans une situation où vous n’avez pas ces aliments, et que vous avez d’autres aliments, végans bien sûr, alors vous pouvez en consommer. Mais si vous craignez de ne pas être suffisamment nourri, c’est une inquiétude tout à fait inutile. Vous pouvez également manger du riz blanc avec ces légumes et les fruits que j’ai énumérés, même si la liste n’est pas complète, c’est suffisant. Mon Dieu, nous ne vivons pas pour manger, nous mangeons pour vivre.

Et même dans le passé, beaucoup de prêtres vivaient dans le désert. Ils n’avaient rien à manger. Ils mangeaient du pain sec qu’ils trempaient dans l’eau, et c’est tout ce qu’ils mangeaient. Et peut-être des dattes, qui étaient faciles à conserver et se gardaient longtemps. Ils acceptaient peut-être six mois de nourriture, assez pour survivre. Et ces prêtres et ces moines ou nonnes voulaient simplement être seuls, pour prier Dieu, pour ressentir l’Amour et la Bénédiction de Dieu, que Dieu les bénisse. Ils voulaient simplement être seuls avec Dieu. Qu’ils soient déjà très hautement éclairés ou non, le noble idéal, le noble but est d’atteindre Dieu, de connaître Dieu, d’aimer Dieu davantage, et d’être éclairé à cet égard.

Dans l’Himalaya également, de nombreux moines hindous mangeaient simplement les aliments secs qu’ils pouvaient stocker dans les montagnes de l’Himalaya – très haut, loin de tout. Peut-être juste un peu de riz et de dahl, les lentilles qu’ils peuvent faire cuire avec un peu de sel, et peut-être un peu d’épices s’ils en ont. Sinon, c’est tout ce dont ils vivent. Car au cœur de l’Himalaya, comme à Gaumukh, la neige recouvre toutes les routes et tous les accès pendant au moins six mois. Ainsi, pendant six mois, personne ne peut se rendre à Gaumukh - une région si éloignée et si élevée de l’Himalaya – pour s’approvisionner en nourriture ou en quoi que. Peut-être que certains de ces moines vivent également d’air, comme des respiriens ou des aquariens ; il est plus facile et plus simple pour eux d’être à l’écart du monde, afin qu’ils puissent jouir de la félicité avec Dieu ou contempler Dieu.

Le mieux serait qu’ils aient déjà un Maître qui leur transmette la Méthode de Libération, et qu’ils continuent à rester loin des autres pour avoir un accès plus facile, une contemplation plus facile. Mais ils ne font pas grand-chose dans une telle région. Et dans une telle région, l’air est pur, l’énergie est pure – aucune perturbation d’aucune sorte, aucun humain n’y va, que ce soit pour apporter de la nourriture ou pour les vénérer, perturbant ainsi leur paix. C’est pourquoi ils voulaient rester si loin de tout. J’aimerais pouvoir le faire aussi, car je me souviens que lorsque j’étais dans l’Himalaya, j’ai passé les meilleurs moments de ma vie. Je n’ai jamais ressenti le moindre souci. Je ne me suis jamais inquiétée de rien. Je n’ai même pas pensé aux mots « paix » ou « perturbation ». Il n’y avait pas de situation, de pensée, d’attitude ou de relation mentale à ce sujet. Vous vivez simplement votre vie. Vous vous sentez tellement bien. Vous ne pensez à rien d’autre dans ce monde. Vous ne voulez rien de plus dans ce monde.

Même si à l’époque, je n’avais pas beaucoup d’argent. Je vous l’ai déjà dit, je ne pouvais manger que quelques chapatis (végans) chaque jour, une fois le soir en rentrant dans ma hutte, la hutte en terre. Et puis peut-être un samosa (végan) le matin quand je passais devant la vieille dame qui faisait des samosas (végans) si divins que je n’en ai jamais goûté d’aussi bons nulle part ailleurs. C’était à Rishikesh. Ce n’était pas la partie la plus haute de l’Himalaya. Il faut aller plus haut, à Gaumukh. Ce sera alors la dernière partie de l’Himalaya que vous pourrez atteindre. Plus loin, je ne sais pas si les moines ou les nonnes y séjourneraient. Il est plus difficile d’y accéder. Je n’avais pas vraiment l’intention de devenir ascète là-bas. C’est comme dans une retraite ; c’est tout simplement comme ça.

Dans la tradition bouddhiste, lorsque vous êtes en retraite pendant trois mois chaque année, vous devez être seul ou être avec les membres de votre communauté. Vous ne mangez pas plus que cela. Peut-être qu’à l’époque du Bouddha, ils avaient plus de nourriture. Mais à mon époque, j’étais seule à l’arrière du temple, qui est la pièce utilisée pour les cendres des croyants bouddhistes décédés. Et puis, la famille les amenaient à cet endroit, afin qu’ils puissent entendre les moines à l’avant – un peu plus bas dans le temple – qui récitent les sutras pour les aider à trouver la paix et à se libérer de l’enfer ou de toute autre existence défavorable. Je n’avais personne pour m’apporter de la nourriture tous les jours. Je n’en avais pas envie. Bien sûr, j’aurais pu demander aux moines en bas de m’aider à m’apporter de la nourriture, mais je ne voulais pas. Certaines personnes voulaient me rendre visite. J’ai également refusé, sauf une ou deux fois pour mes propres disciples. À l’époque, j’avais quelques disciples, et ils sont venus me rendre visite à la fin parce qu’ils avaient amené des nouveaux pour l’initiation. Je ne voulais pas voir beaucoup de monde. Je ne voulais voir personne. C’est pourquoi je ne prenais que du sésame et du riz complet.

La première semaine, on m’a apporté du jus d’orange en même temps que cette provision. Mais plus tard, il n’y en avait plus, alors je me suis contentée de sésame en poudre, de riz complet et de sel, bien sûr, ou d’un peu de sauce de soja. Probablement un peu de sauce soja aussi, mais à la fin, que du sel. J’ai survécu et je ne me suis pas sentie mal, malade ou autre. Au contraire, lorsque je suis allée dans le monde à la demande de personnes qui le souhaitaient très fort, alors j’ai commencé à avoir des problèmes ici et là, et parfois presque fatals. Cela aurait pu être fatal, mais Dieu voulait que je vive, que je continue à travailler. C’est peut-être pour cela que j’ai survécu à maintes tentatives d’assassinat, à de nombreux problèmes de santé et à des maladies physiques qui ont mis ma vie en danger. Mais ce n’est pas l’ascétisme qui m’a amenée où je suis ou qui m’a aidée de quelque manière que ce soit. C’est la commodité de cela qui vous permet d’être seul et tranquille pour continuer à contempler votre méditation intérieure sans être dérangé ou distrait par quelque interférence mondaine que ce soit. C’est tout.

Mais je ne prône pas – j’insiste – je ne prône pas l’ascétisme comme un moyen de forcer votre corps, juste pour sentir que vous pouvez le faire. Bien sûr que vous le pouvez. Mais n’essayez pas de vous mettre trop en difficulté, d’accord ? Je veux juste vous dire que si vous voulez avoir moins de repas ou des repas cuisinés moins pénibles, vous pouvez les avoir plus simples. Mais ne vous forcez pas. Ok ? Si votre corps ne le supporte pas, arrêtez immédiatement et revenez lentement à la normale. Ne sautez pas immédiatement d’un extrême à l’autre en adoptant un mode de vie relaxant, mais restez toujours végan. Non pas parce que vous avez juste peur du karma, mais principalement parce que nous ne voulons faire de mal à aucun être.

Même les êtres animaux – ils ne nous ressemblent pas, mais ils sont des âmes. Ils ont une âme en eux, et ils ont une connexion spirituelle avec l’Univers. Beaucoup d’animaux-personnes en savent plus que nous, les humains, n’en saurons jamais. Ils ont un sens aigu de la connaissance des choses qui vont se produire avant même qu’elles ne se produisent. Ils peuvent voir à travers vous. Ils peuvent prédire les problèmes ou les accidents que vous allez rencontrer. Ils essaient de vous avertir, mais la plupart des humains ne peuvent pas entendre les animaux-personnes parler.

Parfois, vous voyez un animal-personne sauter soudainement autour de vous et vous empêcher de regarder la TV parce cet animal-personne sait que ce programme vous apportera un mauvais karma, un fardeau, par exemple. Mes chiens-personnes le savent. Beaucoup d’entre eux ont essayé de m’arrêter à plusieurs reprises, mais parce que je dois travailler, je dois connaître le monde afin de prendre soin du monde, je dois donc faire des sacrifices. Mais si vous n’avez pas à le faire, vous ne devez pas le faire.

Ne regardez pas trop de programmes mondains, en particulier ces films et émissions violents. Ils sont très, très mauvais pour vous. Ils épuisent votre énergie. Ils vous font descendre à un niveau inférieur, même si vous êtes déjà à un niveau supérieur. Ils vous rendent malades. Ils perturbent vos capacités mentales et tout le reste, surtout si vous les regardez le soir, quand vous avez besoin de dormir. Même si vous êtes un couche-tard, vous feriez mieux de ne pas trop vous maltraiter – mentalement, psychologiquement, émotionnellement, sur le plan de la sagesse, parce que la nuit est un temps de repos, un temps de méditation, et de contemplation des dimensions plus élevées, plus nobles de l’Univers, plus proches du Ciel, plus proches de Dieu.

La nuit est le temps des forces négatives, qui rôdent autour de vous et troublent votre paix, aspirant votre énergie vous influençant même pour mal agir créant ainsi du mauvais karma pour vous ou/et autrui, en conséquence !

Photo Caption: Se faire discret, au cœur de la forêt, Si humble, à peine remarqué, mais peut vivre en été et en hiver !

Télécharger la photo   

Regarder la suite
Toutes les parties  (3/6)
1
2024-06-13
3384 Vues
2
2024-06-14
2702 Vues
3
2024-06-15
2428 Vues
4
2024-06-16
2187 Vues
5
2024-06-17
2358 Vues
6
2024-06-18
2099 Vues
Partager
Partager avec
Intégré
Démarrer à
Télécharger
Mobile
Mobile
iPhone
Android
Regarder dans le navigateur mobile
GO
GO
Prompt
OK
Appli
Scannez le code QR
ou choisissez le bon système à télécharger.
iPhone
Android